Infographie-Chirurgie-Laser.jpg

Consultation préopératoire à réaliser minimum 7 jours avant l'opération :

Il est important avant tout bilan de chirurgie réfractive de la myopie, astigmatisme, hypermétropie, presbytie d'enlever ces lentilles au moins 2 jours avant la consultation. La consultation nécessite plusieurs examens : 

  • Acuité visuelle avec et sans correction de loin et de près
  • Mesure de la pression intraoculaire
  • Rétinophotographie 
  • Examen ophtalmologique à la lampe à fente du segment antérieur pour vérifier la qualité de la surface oculaire, des larmes, l'absence de sécheresse oculaire, kératite, blépharite, d'inflammation du segment antérieure, de cataracte. 
  • Topographie cornéenne : Épaisseur de la cornée (Pachymétrie) ; fragilité cornéenne ( élevation antérieure et postérieure de la cornée)
  • Un Fond d'oeil au skiacol est systématiquement réalisé pour avoir une acuité visuelle précise. Il faut aussi verifier l'absence de déchirure rétinienne ou de décollement de rétine notamment chez le myope.
  • Pour réaliser, le skiacol il faut instiller des gouttes une heure avant le rendez vous toutes les 5 minutes pendant 15 minutes. Attention, la vision de près notamment est floue pendant plusieurs heures pouvant gêner la conduite ou le travail sur écran.

PKR & Lasik

Une information claire, loyale et appropriée est donnée notamment sur les effets secondaires du Laser : Sécheresse oculaire les premiers mois et Halos nocturnes. Les techniques opératoires avec leurs avantages et inconvénients sont présentées et discutées avec le patient selon les examens réalisés : La PKR et le LASIK . 

L'avantage de la PKR est qu'il s'agit d'une procédure simple où le traitement au laser est réalisé directement sur l'oeil sans nécessité de réaliser un capot. Cela fragilise moins la cornée. La technique est plus rapide et moins cher. L'oeil est souvent moins sec et les patients se plaignent peu de Halo. Cependant, elle est limitée au myopie jusqu'à -6 Dioptries et astigmatisme jusqu'à -2 Dioptries. Il ne faut pas oublier que cette technique est douloureuse notamment le premier soir et qu'il est nécessaire de prendre des antalgiques et des somnifères au moins la première nuit. La récupération est progressive. Le résultat est identique au LASIK à 1 mois.

Le Lasik est une technique en deux étapes consistant en la réalisation d'un capot au laser femtoseconde puis le traitement de la myopie ou autre trouble réfractif est fait dans un second temps. Cette technique est possible pour tous les troubles réfractifs mais a des limites selon les résultats des examens topographiques réalisés au cabinet. Le chirurgien ophtalmologue décide le plus souvent les indications à la place du patient. Il y a peu de douleurs en post opératoire et les résultats sont plus rapide.  Malheureusement, il arrive souvent que les yeux soient secs et que les patients se plaignent d'Halo Lumineux voir d'arc-en-ciel autour de certaines lumières blanches.

Un consentement écrit doit être signé. Il est remis une fiche d'information de la SFO sur le laser qui doit être daté et signé.

Jour -J : Chirurgie Laser

Lieu : Clinique de la vision, rue de l'université dans le 7e arrondissement.
Durée en salle d'intervention : 15-30 minutes ; le traitement du laser dure quelques secondes pour chaque oeil.

Il est nécessaire de venir 30 minutes avant l'horaire de l'intervention, le patient est accueilli par la clinique, il n'est pas nécessaire de venir à jeûn, il est conseillé de prendre une collation légère et de ne pas fumer avant l'intervention.

Après avoir été pris en charge par un aide soignant de la clinique, le patient est installé sous le laser pour le traitement. L'intervention est réalisée sous anesthésie locale par goutte (collyre). L'intervention n'est pas douloureuse. 


Dès la fin de l'intervention, la vision est floue. En cas de LASIK, un examen quelques minutes après l'intervention est obligatoire pour vérifier la disposition du capot et de son interface. 
En cas de PKR, le patient peut rentrer directement chez lui.

Les suites opératoires immédiates diffèrent selon la technique,  en cas de LASIK il est important de se reposer après l'intervention car les yeux peuvent être irrités par les collyres, la bétadine et la réalisation du capot. Les yeux sont donc rouge, douloureux avec des sensations de grain de sables. Cela ne dure que quelques heures.

En revanche, en cas de PKR, il est nécessaire de ne pas travailler dans les 5 jours après l'intervention car le suites opératoires sont douloureuses en raison de la cicatrisation de l'oeil et la récupération visuelle progressive. Une lentille est posée sur chaque oeil et est enlevée 5 jours plus tard.

Il est remis dans tous les cas au patient l'ordonnance post opératoire comprenant des antalgiques si PKR et des gouttes anti-inflammatoires et antibiotiques pour éviter toute infection. Des lavages oculaires et des larmes articielles sont aussi prescrites pour lutter contre la sécheresse oculaire inévitable.

Lasik : Contrôle à J1 

Après une intervention LASIK, le patient revient le lendemain de l'intervention pour vérifier la qualité de la chirurgie, l'interface et le capot. L'oeil peut être rouge  mais il n'est pas douloureux, cependant l'oeil est souvent sec avec sensation de grain de sable.

PKR : Contrôle à J5

En raison de la nécessité de se reposer les premiers jours, le patient sera revu seulement 4 à 5 jours après l'intervention pour enlever la lentille et évaluer la cicatrisation de l'oeil.

Suites opératoires le premier mois : 

Il faut noter qu'en raison du traitement au laser de la myopie, astigmatisme, hypermétropie et /ou presbytie, le patient, ses yeux et son cerveau doivent se réhabituer  et souvent le patient se plaint d'une fatigue visuelle, de gêne à la lumière les premières semaines. Cela est tout à fait normal, il faut juste attendre que le cerveau et l'oeil s'adapte à la nouvelle vision.

A 1 mois, un rendez-vous de contrôle en consultation est réalisée pour vérifier le résultat réfractif, l'épaisseur de la cornée et la surface oculaire.

Attention ,  le traitement au laser de la myopie ou autres troubles réfractif n'empêche pas la nécessitée par la suite de faire un  bilan ophtalmologique tous les  3 ans avec son ophtalmologue traitant.