La Cataracte

Cataracte avancée et sévère entraînant une perte totale de la vue 

Cataracte avancée et sévère entraînant une perte totale de la vue 

La cataracte est responsable d'une baisse progressive de la vue sans douleur ni rougeur, elle est principalement liée à l'âge (cataracte sénile) et correspond à une opacification du cristallin. Les principaux symptômes sont une baisse de l'acuité visuelle, des difficultés à la conduite nocturne, une gêne à la lumière accompagnée d'éblouissement et de halos (photophobie). Il existe des causes secondaires : congénitale, le diabète, les corticoïdes, la maladie de cushing, un traumatisme. Son traitement est chirurgical, et consiste en une phakoémulsification aux ultrasons sous anesthésie locale en ambulatoire. Le traitement post-opératoire nécessite l'instillation de collyres pendant 3 semaines associée au port d'une coque la nuit pendant 1 semaine. Vous retrouverez en lien la fiche d'information SFO de la cataracte : 


La DMLA

La DMLA (dégénérescence maculaire liée à l’âge) est une maladie de la rétine qui débute après l’âge de 50 ans. Elle est responsable d'une baisse de la vision et/ou de la sensation de déformation des objets (lignes ondulées). Elle est dûe à une dégénérescence des cellules visuelles de la macula.
Plusieurs formes existent : une forme précoce, une forme dite sèche ou atrophique, et enfin une forme dite humide ou exudative. La forme humide peut être prise en charge par des injections intravitréennes (IVT) répetées.
Une auto-surveillance doit être réalisée par une grille d'Amsler


Les glaucomes

Le glaucome chronique à angle ouvert touche les sujets de plus de 40 ans. C'est une atteinte chronique et irreversible du Nerf Optique responsable d'une altération progressive du champ visuel pouvant conduire à la cécité en cas de prise en charge tardive ou inadaptée. Le principal facteur de risque est l'élévation de la pression intra-oculaire mais d'autres facteurs de risque existent (cornée fine, myopie, antécédents familiaux etc).

Le traitement initial habituel est médical et consiste en l'instillation de collyres hypotonisants. En cas d'échec, le recours à différents types de traitements par Lasers et à la chirurgie est nécessaire.

Le glaucome par fermeture de l'angle est plus rare. Il peut être aigu (crise) ou chronique. Le facteur de risque principal est lié à la morphologie de l'oeil (petit oeil souvent). Le traitement préventif et des récidives consiste en une iridotomie au  laser


La rétinopathie diabétique

La rétinopathie diabétique est une conséquence de l'hyperglycémie chronique. C'est la première cause de cécité chez les moins de 60 ans et 30 à 40 % des patients diabétiques en sont porteurs.
Les principaux facteurs de risque de développement de la rétinopathie diabétique sont le type de diabète (type 1>type 2), la durée d'évolution du diabète et surtout l'équilibre glycémique (approché par la mesure de l'hémoglobine glyquée (HbA1c).
La rétinopathie diabétique conduit à la formation d'œdème rétinien cécitant traité habituellement par injections intravitréennes (et parfois par laser).
Une occlusion des capillaires de la rétine peut également survenir aboutissant à la formation de néovaisseaux fragiles, souvent le siège d'hémorragies, pouvant conduire à la cécité. Les territoires ischémiques sont traités par laser pour éviter la formation de néovaisseaux.
 


Les Uvéites

Les uvéites consistent  en une inflammation de l’uvée. Elles peuvent être antérieures, intermédiaires, postérieures ou totales (panuvéite).

De multiples causes existent :

  • Maladies de systèmes dont maladie de Behçet, sarcoïdose, arthrite chronique juvénile, spondylarthropathies liées à l'antigène HLA-B27, maladies infectieuses.
  • Maladies spécifiquement oculaires : choriorétinopathie de type birdshot, iridocyclite hétérochromique de Fuchs.
  • Souvent, lorsqu'aucune cause n'est trouvée, l'uvéite est dite idiopathique. 

La prise en charge de ces maladies inflammatoires rares nécessite des connaissances pointues et un plateau technique complet.


Le chalazion

Le chalazion est une tuméfaction arrondie enchâssée dans la paupière. Elle est due à l'occlusion d'un canal excréteur de la glande de meibomius.

Le traitement initial est médical (pommade et soins de paupières (massages)). En cas d'échec, l'ablation du chalazion est chirurgicale.